Archives du blog

RÉCOLEMENT

Récolement, une exposition de Hervé BEUREL, du 16 mars au 20 avril 2018 au PHAKT - Centre Culturel Colombier (RENNES-35)

 

Photographie

Le projet d’Hervé Beurel débute par l’acquisition dans un dépôt-vente d’un livre édité en 1969 par la caisse des dépôts et consignations et sa filiale la société centrale immobilière, la SCIC. Ce livre intitulé L’art présent dans la cité est un ouvrage grand public préfacé par L. P. Leroy président de la SCIC et accompagné d’un second texte rédigé par le critique d’art, Adam Saulnier. Il comprend une centaine de page d’illustrations d’oeuvres réalisées dans l’espace public, au sein même des nombreux programmes immobiliers que la SCIC construit dans les années 60 pour résorber la pénurie de logements sociaux. Pour la nouveauté du projet éditorial, pour la qualité de la maquette, pour le caractère emblématique du choix des oeuvres et des artistes oeuvrant dans l’espace public dans la France des années 60, enfin pour le ton prophétique et enthousiaste des textes annonçant la réalisation d’une utopie, Hervé Beurel a décidé de revisiter chacun des sites consignés dans l’ouvrage.

 

Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Lorient, Hervé Beurel poursuit depuis 1986 une recherche photographique qui s’attache à capter le réel en mettant à distance la subjectivité ou l’anecdote. Il s’intéresse à la réalité des matières et des formes pour en donner une vision abstraite en privilégiant toujours un vocabulaire visuel minimum : prise de vue frontale, un cadrage très serré, à l’échelle de l’objet. L’espace urbain est devenu l’un de ses thèmes de prédilection depuis 2004, date à laquelle il débute la série Collections publiques, issue de déambulations dans les villes au gré de ses déplacements. L’artiste repère alors tout ce qui relève du décor mural, le plus souvent commande publique liée au 1% artistique, et dont le statut demeure incertain.

ENVERS ET CONTREFAÇON

Marché Noir 2018 - au PHAKT - Centre Culturel Colombier du 12 janvier au 23 février 2018

 

 

LE MARCHE NOIR

L’association LE MARCHÉ NOIR organise chaque année depuis 2012 un festival de la micro-édition à Rennes. Un événement ouvert à tous et participatif dans lequel il est possible de rencontrer des acteurs de la micro-édition indépendante venue de France et de Navarre, d’assister à des démonstrations décalées autour des arts imprimés, et de découvrir des expositions d’artistes ou de collectifs expérimentant au quotidien les techniques de l’estampe.

 

LE MARCHÉ NOIR est née en 2012 de la réunion de 4 collectifs d’artistes rennais :

     – L’Atelier du Bourg
     – L’atelier Barbe à Papier – La Presse Purée
     – L’atelier L’Imprimerie

 

L’association LE MARCHÉ NOIR a pour dessein :
• la promotion et la diffusion des arts imprimés
• la sensibilisation aux techniques d’impression manuelle • la valorisation des œuvres et artistes de la micro-édition • l’expérimentation et le partage des savoirs

 

Depuis le 15 décembre 2015, l’association LE MARCHÉ NOIR développe ses activités dans un espace de 200 m2 mis à disposition par la Ville de Rennes. L’espace est constitué d’un grand atelier de 130 m2, d’une salle d’insolation, d’une salle de nettoyage, d’un espace archives et d’une cuisine.

 

L’atelier constitue un espace de recherche et de création pour les 14 artistes du Marché Noir.

SANS BRIDE, NI MORS, NI RÊNE

Exposition Sans bride, ni mors, ni rêne. Un commissariat de Doriane SPITERI, du 10 novembre au 15 décembre 2017 au PHAKT - Centre Culturel Colombier (RENNES_35)

 

Commissariat d’exposition de Doriane SPITERI

 

Cette exposition collective rassemble des artistes et oeuvres qui, avec irrévérence, déploient des formes de résistances permettant d’élargir les conditions du réel.
Désordres sociaux, insurrections, agitations politiques, insoumissions et désobéissances : les oeuvres présentées ne se résignent à rien. L’exposition propose un espace de liberté, indocile et récalcitrant contre le cynisme et le désoeuvrement permanent.

Insistantes, impertinentes, des voix décalées s’élèvent.
Dans la durée de l’exposition, des soirées et actions seront organisées.

 

Commissaire d’exposition et critique d’art, Doriane Spiteri développe des recherches sur les liens entre arts, éducation et démocratie liés à une nouvelle conception du spectateur à partir des années 1960. Elle a co-fondée en 2013 le collectif de commissariat et de création de projets culturels Contrefaçons. De 2015 à 2017, elle a été administratrice et coordinatrice de l’association Pôle Art.Santé ainsi que programmatrice du Printemps Art & Santé.

Vernissage à 18h30 au PHAKT – Centre Culturel Colombier

SCRAPSHOW

Exposition Scrapshow de Anita GAURAN, septembre 2017, au PHAKT - Centre Culturel Colombier, RENENS (35)

 

Anita Gauran développe une recherche photosensible, à la fois étrange, inquiétante et savante, et dans le même temps ludique et généreuse. L’artiste travaille à partir d’une matière photographique prélevée dans les musées et dont les différents éléments sont ensuite mis en perspective les uns les autres. Ils font l’objet de photomontage et autres ajouts qui à la fois les altèrent et les révèlent.

 

DES FIGURES DU PASSÉ

A l’heure du tout numérique, Anita Gauran développe une posture singulière au sein d’une génération qui fait sienne la réappropriation d’images largement disponibles sur le web. Munie d’un appareil argentique, l’artiste arpente les musées et les sites archéologiques dont elle exhume des figures séculaires, statuaires antiques, bas reliefs médiévaux, reliques, pour en faire les sujets de sa production photographique. Sans nostalgie ni passéisme, l’artiste dresse le portrait intime d’une civilisation aussi vénérable qu’hétérogène. Autour des points de vues resserrés en noir et blanc, attachés aux corps et aux détails, le hors champ photographique produit une atmosphère mystérieuse, hors du temps, un vide à investir dont l’artiste s’empare avec une irrévérence bienveillante.

 

UN TRAVAIL DE LABORATOIRE

De retour au laboratoire, Anita Gauran travaille avec le processus du développement photographique argentique en introduisant des déplacements dans sa technique même ou en imitant des procédé spécifique au médium. Il peu s’agir d’ajout d’objets extérieur au laboratoire posé sur le papier sensible qui créer des silhouettes en réserves blanches. Les endroits n’ayant pu être traversés par la lumière de l’agrandisseur restent vierges à l’inverse des endroits entièrement exposés qui révèle l’image initiale.

 

NOTRE RAPPORT A l’HISTOIRE

Avec pour point de départ des figures existante plus ou moins connu, des trouvaille archéologique, des faits historique, Anita Gauran les confronte, les remet en jeux en utilisant l’empreinte, le photomontage, le display.

Pour chacune de ses figures historiques, Anita Gauran détermine un objet d’altération. Ainsi s’établit un rapprochement entre la représentation de l’image et l’objet posé sur le papier qui va laisser son empreinte en blanc. Cette technique du photogramme a été utilisée dès les origines de la photographie, le mot rayogramme quant à lui, a été inventé par Man Ray (en référence à son propre nom). Les sujets sont ainsi mis à l’épreuve d’un processus de caviardage en tout genre, des plus intimes aux plus ornementaux, donnant lieu à des associations poétiques, incongrues presque irrévérencieuses. Il se crée alors entre l’image et le signe une œuvre qui interroge notre rapport à l’art et à l’histoire dans un acte de démystification, entre pratique vaudou et jeu formel… exploration des potentialités dormantes d’une image.

 

Pour le PHAKT- Centre Culturel Colombier, Anita Gauran réalisera une exploration photographique autour du cabinet de curiosités et un travail plastique autour des analogies possibles entre une feuille de papier photo et le drapé antique.

 

L’exposition fait suite à une résidence d’artiste coordonnée par le PHAKT à l’école Jacques Prévert où Anita Gauran a installé son atelier de novembre 2016 à juin 2017.

Anita Gauran est diplômée de l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne – site de Rennes en 2013, après un cursus Erasmus à l’Athens School of Fine Arts en 2010-2011. Depuis 2009, son travail a fait l’objet de plusieurs expositions collectives à Rennes, Lorient et Paris. Elle a participé également à des expositions à l’étranger et notamment à Athènes et à l’Académie des Beaux Arts de Finlande à Helsinki. Dernièrement, elle a été invitée à exposer à la galerie Eva Vautier à Nice, à la galerie du 48 à Rennes et au château de Kerjean en Finistère. Elle est actuellement en résidence d’artiste à l’Ecole Jacques Prévert à Rennes.

SUR TOUT SUR TERRE

Exposition Sur tout sur Terre, de Philippe BAUDELOCQUE, du 28 avril au 24 mai 2017, au PHAKT - Centre Culturel Colombier, RENNES (35)

 

Du 28 avril au 24 mai 2017, Teenage Kicks Festival invite l’artiste français Philippe Baudelocque pour une intervention dans la galerie du PHAKT- Centre Culturel Colombier. Philippe Baudelocque développe un travail graphique à la croisée du street-art et de l’art contemporain autour d’un travail dessiné à la craie et aux pastels à l’huile aux motifs multiples et aux dimensions monumentales.

 

D’une première expérience artistique dans la scène graffiti de la fin des années 80, Philippe Baudelocque conserve l’énergie et la monumentalité des supports qu’il investit d’un médium modeste, la craie, dans une pratique de dessin.

L’artiste développe un univers graphique aux motifs abondants puisant son inspiration autant dans les arts premiers que dans l’imagerie scientifique. Si le projet est esquissé par avance dans un carnet de recherches, les motifs sont improvisés à main levée dans l’instant de la fabrication. L’alchimie graphique repose dans l’articulation entre la préciosité de la technique, le caractère friable de la craie, la minutie du geste, la démesure de la production et du support.

Comparable aux cellules d’un organisme vivant, les représentations s’enrichissent par dédoublement et multiplication des motifs alternant des figures animales ou paysagères, des représentations abstraites ou symboliques. S’intéressant tout autant à la physique quantique, aux mathématiques qu’aux rythmes et aux lois de la nature, Philippe Baudelocque développe une posture de laborantin autour de formes graphiques incubées et virales recyclant une iconographie aussi savante qu’allégorique qui nous emmène de l’imagerie galactique à la représentation moléculaire.

 

Pour le PHAKT-Centre Culturel Colombier et à l’invitation du festival Teenage Kicks, Philippe Baudelocque réalisera une vaste fresque immersive sur toile.

L’artiste sera à nouveau présent sur le 3ème édition du festival au mois de septembre 2017 pour une réalisation murale de grande ampleur dans le quartier Colombier.

LUDI-CITÉ

 

Du 05 janvier au 10 février 2017, Play-Full.net (Gildas Paubert, Thomas François et leurs amis) et le collectif Contrefaçons s’associent pour ouvrir au PHAKT Centre Culturel Colombier un lieu dédié à la création vidéoludique.

+ En savoir plus